• Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir LinkedIn Icône
  • Noir Pinterest Icône

LA PROXÉMIE : L’ÉTUDE QUI INFLUENCE LE DESIGN

Par Roxane KANDELL Conceptrice de projets chez ISSADESIGN

Quelques jours se sont écoulés depuis la fin du Circuit Index-Design, événement auquel nous avons participé en tant qu’exposant pour la première fois. C’est sous le thème de l’interaction que se sont orchestrés les discussions et les conférences. Lors de ces 3 jours, nous avons dévoilé, entre autres, notre processus de design par la présence de 6 de nos réalisations dont nous sommes très fiers. C’est au côté de ma collègue Florence Goulet-Pelletier que j’ai eu la chance de présenter notre vision du design en questionnant les interlocuteurs sur les relations possibles entre l’humain et son environnement.


L’environnement qui nous entoure est généralement planifié de manière à diriger nos interactions avec le lieu dans lequel on se trouve ou avec ses usagers. Par exemple, le positionnement des fauteuils dans un salon ou un lounge peut inviter à échanger, autant qu’à s’isoler devant un livre, un film ou parler au téléphone. Edward T. Hall est un anthropologue américain et un spécialiste de l'interculturel qui étudie les distances physiques qui s’établissent entre personnes prises dans une interaction dans une culture donnée et dans leurs habitudes d’utilisation dans l’espace. On appelle cette étude la proxémie.


Prenons l’exemple de notre ‘’bulle’’. Qui n’a jamais trouvé que son voisin était trop près de notre bulle; qu’il nous envahissait?


Dépendamment de notre culture et de nos habitudes, notre bulle varie d’une personne à l’autre ou même d’un lieu à l’autre. Il n’est pas rare de se sentir plus envahie par une personne qu’une autre à une même distance ou d’accepter une courte distance avec un étranger dans un wagon de métro, par exemple. Ce phénomène se traduit principalement dans le design de l’environnement ou l’aménagement d’un lieu où chaque culture possède une interprétation de l’espace qui lui est propre.


En plus du volet culturel, les distances selon lesquels la proxémie est basée varient selon le type de relations ou d’interactions entre les personnes.


Pour l’évènement nous avions apposé au sol des cercles noirs représentants les différentes distances physiques lors d’interactions entre individus. Nous invitions les participants à prendre place sur ces vignettes, puis les questionnions sur leur degré de confort envers les autres personnes, selon la zone sélectionnée.



Il existe 4 sphères relevant des distances de confort entre les personnes qui interagissent ensemble;

  1. Sphère intime (15 à 60 cm), par exemple, une discussion avec sa bonne amie.

  2. Sphère personnelle (45 à 120 cm), par exemple, deux personnes qui discutent dans un bar

  3. Sphère sociale (120 à 300 cm), par exemple, deux personnes qui échangent lors d’un meeting entre collègues.

  4. Sphère publique (300 à 750 cm), par exemple,la distance entre une conférencière et son interlocuteur.


La transition d’une sphère à une autre est marquée par des modifications sensorielles des gens liés à leur aisance par rapport l’espace.

Après avoir expliqué que notre vision du design mettait en relation l’humain et son environnement en respectant leur culture et en tenant compte de leurs relations interpersonnels; nous avons invité les interlocuteurs à présenter leur propre vision du design en dessinant ou écrivant sur l’un des cartons blanc formant une mosaïque géante.